This website or its third-party tools use cookies, which are necessary to its functioning and required to achieve the purposes illustrated in the cookie policy. If you want to know more or withdraw your consent to all or some of the cookies, please refer to the cookie policy. By closing this banner, scrolling this page, clicking a link or continuing to browse otherwise, you agree to the use of cookies. cookie policy.

Nexus : l’insolent CA consolidé de 10,5 milliards d’euros!

Le groupement Nexus Automotive International est en avance sur ses prédictions de croissance, affirmant avoir atteint les 10,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires consolidé. Objectif spécifique à l’Europe de Nexus : aider ses adhérents distributeurs, de tailles moyennes, à s’organiser pour rester compétitifs face aux massifications d’achats des groupements concurrents de plus en plus concentrés…

En février dernier, Nexus Automotive International tablait sur l’objectif confortable de 9 milliards d’euros de chiffres d’affaires pour la fin 2016. A presque 4 mois de l’échéance, l’année a visiblement été bien plus souriante que prévu : le groupement annonce, la veille d’Automechanika, avoir d’ores et déjà atteint le chiffre de… 10,5 milliards d’euros de CA consolidé, dont 4,4 Mds aux USA et 3,865 en Europe continentale.

Nexus, qui réunit cette semaine ses entreprises adhérentes à Francfort, estime, par la voix de son P-dg Gaël Escribe, «qu’atteindre ces 10,5 milliards d’euros de CA est une étape d’importance dans la stratégie de Nexus, qui vise une place de leader de l’après-vente automobile mondiale». Le résultat, pour le patron, d’une somme «d’efforts collectifs» entamés «il y a deux ans et demi par la N! Community», N! étant le logo –et le diminutif– de Nexus.

Le groupement espère évidemment continuer à croître dans le monde entier en séduisant toujours plus d’adhérents. A cet effet, il s’organise pour affiner ses implantations régionales au sens mondial du terme, en déployant 8 équipes chargées de s’adapter aux spécificités des marchés et promouvoir l’alternative Nexus en tant «qu’outil accélérateur de business au service d’entreprises audacieuses», rappelle Gaël Escribe.

Mais maintenant le chiffre symbolique des 10 milliards atteint, Nexus semble vouloir surtout se concentrer sur la consolidation de ses spectaculaires acquis. Pour cela, Le groupement fait donc maturer sa marque Drive+ qu’il veut plus promouvoir comme une marque que comme une simple MDD. Une marque mise au service de ses adhérents qui n’ont individuellement ni les moyens, ni les volumes pour déployer une telle offre alternative. Les gammes s’élargissent toujours plus, comme l’huile qui vient de s’ajouter à la dizaine de familles de produits déjà existantes. Parallèlement, le groupement poursuit ses efforts en termes de formations (Nexus Academy), de prise en compte du futur de l’après-vente (projet Caruso dédié à la voiture connectée) et bien sûr maintient ses ambitions en termes de réseaux de réparateurs Nexus Auto et Nexus Truck, même s’il confesse un retard en la matière…

Focus sur l’Europe

Mais surtout, Nexus est conscient d’un défi plus spécifiquement européen qu’il considère prioritaire : donner à ses adhérents les moyens de rester compétitifs à l’heure où les groupement concurrents européens sont de plus en plus concentrés et capables donc d’obtenir de leurs fournisseurs des conditions d’achats toujours plus attractives. Face aux LKQ, Groupauto et autres Autodistribution qui accélèrent acquisitions et concentrations, Nexus a bien l’intention de faire en sorte que ses adhérents européens, qui pèsent tout de même 2,4 milliards d’achats en Europe de l’Ouest et 1,410 en Europe de l’Est, accroissent leur discipline d’achats auprès des 60 fournisseurs référencés du groupement.

«Nos adhérents ont compris que là est l’enjeu essentiel de leur compétitivité dans cet environnement de plus en plus concurrentiel, se félicite Gaël Escribe, qui constate que le message est particulièrement bien accepté des distributeurs adhérents ; il n’y a pas d’autre moyen, pour les entreprises de taille moyenne qui constituent l’essentiel de nos adhérents (50 à 700 millions d’euros pour le plus gros), si elles veulent rester performantes».

100 pays couverts

Aujourd’hui présent dans 100 pays et fort de contrats avec une soixantaine de fournisseurs internationaux, Nexus affirme «avoir l’allonge mondiale, la force collective et la crédibilité nécessaire pour porter l’innovation et l’esprit d’entreprise à un niveau supérieur» dans le monde de l’après-vente. Rien que ça.

Histoire de confirmer sa présence sur les plus gros marchés mondiaux, Nexus s’apprête à inaugurer des bureaux à Shanghaï, en Chine, afin d’être au plus proche de certains de ses fournisseurs, de ses clients, et de répondre aux besoins du marché chinois. C’est d’ailleurs le directeur marketing et sourcing de Nexus, le Néerlandais Bas Donders, riche de 25 ans d’expérience dans l’industrie automobile, qui supervisera ces bureaux chinois.

Renforcer la dynamique interne

Après deux ans et demi à croître par le biais d’adhésions, Nexus Automotive International fait donc désormais le choix prioritaire de développer son business et ses projets avec ses membres actuels, sans pour autant fermer la porte, bien entendu, à l’arrivée de nouveaux adhérents. Selon le dernier communiqué du groupement, il a également été décidé de ne pas poursuivre l’accord de coopération avec Nexus Alliance Russia au-delà du 31 décembre. Mais les solutions de rechange sont déjà envisagées par Nexus qui n’a pas l’intention d’abandonner le marché russe…

Source: http://apres-vente-auto.com

More news